Skip Navigation

Société canadienne d'histoire et de philosophie des sciences

Canadian Society for the History and Philosophy of Science

Nouvelles

Appels de textes

La Société canadienne d'histoire et de philosophie des sciences (SCHPS) tiendra son congrès annuel dans le cadre du Congrès des sciences humaines (FCSH) qui se déroulera à l’Université Brock du 24 au 26 mai 2012. Le comité de programme invite les historiens et philosophes des sciences à soumettre un résumé pour une communication individuelle ou une proposition de séance pour le congrès. Les propositions de séances pour 3 ou 4 communications seront particulièrement bienvenues.

  • Langues du congrès : La SCHPS est une société bilingue. Les communications individuelles peuvent être en français ou en anglais mais les efforts pour faciliter une participation diversifiée sont encouragés (par exemple, une communication en français accompagnée d’une présentation PowerPoint en anglais, ou vice-versa). De façon similaire, les séances peuvent être en anglais ou en français, mais les sessions bilingues sont particulièrement appréciées.
  • Nombre de soumissions : Une personne ne peut soumettre qu’un résumé de communication (c.-à-d. soit pour une communication individuelle soit pour une communication faisant partie d’une séance).
  • Soumissions
    • Afin de préserver l’anonymat des auteurs, aucune coordonnée personnelle ne doit être incluse dans le fichier contenant une proposition de communication.
    • Les propositions de communication individuelle doivent comprendre un titre, un résumé (entre 150 et 250 mots) et, dans le courriel les accompagnant, les coordonnées de l’auteur.
    • Les propositions de séance doivent comprendre le titre de la séance, les titres et résumés (entre 150 et 250 mots) de chaque contribution et, dans le courriel les accompagnant, les noms et coordonnées des auteurs et de l’organisateur de la séance.
    • Les propositions doivent être soumises dans des fichiers de format MS Word, pdf, of rtf.

Séances conjointes : Le congrès de la SCHPS se déroule en même temps que ceux de plusieurs autres sociétés membres de la FCSH, comme la Société historique du Canada, l’Association canadienne de philosophie, La Société Canadienne d’Histoire et de Philosophie des Mathématiques, la Société canadienne de sociologie, Women’s and Gender Studies et Recherches Féministes, la Société canadienne d’histoire de la médecine, et l’Association canadienne d’études environnementales. Nous encourageons les propositions de séances conjointes avec d’autres sociétés. Cependant, aucune communication ne peut être présentée à plus d’une société.

  • Présentateurs : Tous les présentateurs doivent être membres de la SCHPS au moment du congrès. Pour plus d’information sur l’inscription à la SCHPS, consulter le site : http://www.yorku.ca/cshps1/index_fr.html

Date limite de soumission: 2me février 2014.
Email: program.cshps@gmail.com

La SCHPS décerne le prix Richard Hadden pour le meilleur texte étudiant présenté lors du congrès. Les candidats au concours devront envoyer par courriel une copie de leur article au moins 5 semaines avant le début du congrès (c.-à.-d. le 20 Avril 2014).Pour informations, visitez le site web : http://www.yorku.ca/cshps1/HaddenPrize_fr.html

Les informations concernant l’inscription et les possibilités d’hébergement pour le congrès se trouveront sur le site web de la FCSH: http://www.fedcan.ca/.

Comité de programme (2013-2014)
Bryson Brown, Chair (University of Lethbridge) brown@uleth.ca
Letitia Meynell (Dalhousie University) letitia.meynell@dal.ca
Debra Lindsay (University of New Brunswick) dlindsay@unb.ca

^TOP


Announcements

Manifeste de Manchester

À l’occasion du plus important congrès mondial rassemblant des historiens des sciences, des techniques et de la médecine, nous, administrateurs et membres de la Division internationale d’histoire des sciences et des techniques de l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, proclamons :

(1) que la science, les techniques et la médecine constituent depuis des millénaires des traits constants de l’humanité et font partie intégrante de la société et de la culture dans le monde entier ;

(2) que les connaissances scientifiques, techniques et médicales sont un bien public ;

(3) que nous soutenons l’étude de la nature et nous efforçons de la rendre compréhensible à la communauté scientifique et au grand public par des recherches académiques scrupuleuses et par des actions de sensibilisation dans les nombreuses langues de la famille humaine ;

(4) que les recherches académiques sur les sciences, les techniques et la médecine doivent viser à une compréhension complète et nuancée de la croissance, du progrès, des problèmes et des perspectives de ces activités humaines essentielles. Ceci nourrit la conscience du fait que les sciences, les techniques et la médecine, lorsqu’elles sont correctement développées, sont un bien public ;

(5) que les historiens des sciences, des techniques et de la médecine peuvent jeter des ponts entre les diverses cultures par la collaboration et l’examen de perspectives, patrimoines et styles de pensée différents.

(6) que la compréhension de l’histoire des sciences, des techniques et de la médecine contribue positivement à l’enseignement de l’histoire générale ainsi qu’à celui des méthodes et du contexte des sciences, des techniques, et de la médecine ;

(7) que les produits des sciences, des techniques et de la médecine constituent une part essentielle du patrimoine matériel de l’humanité. Ces produits doivent être préservés, interprétés, et développés par des professionnels ayant une connaissance approfondie de leur signification culturelle.

En conséquence, dans le but d’une amélioration générale et d’une mise en œuvre de la connaissance, les participants réunis du 24e Congrès international d’histoire des sciences, des techniques et de la médecine, tenu à Manchester (Royaume Uni), en juillet 2013, déclarent :

1. L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine doit être soutenue et financée de manière continue et régulière par les institutions publiques et privées de manière à garantir que les jeunes générations connaissent bien leur patrimoine scientifique, technique et médical tel qu’interprété par des historiens formés de manière appropriée.

2. L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine mérite d’être intégrée de manière importante dans les programmes d’enseignement des écoles secondaires, des écoles supérieures et des universités. Les pratiques locales et nationales doivent guider cette intégration.

^TOP


Veuillez soumettre les nouvelles par courriel à l'administrateur du web.

français

Nouvelles

Plus d'annonces, de conférences, d'appels aux documents de recherche et d'offres d'emploi >>>

Inscrivez-vous ou renouvellez votre adhésion en-ligne