Explorer l’Union européenne du point de vue néerlandais

Explorer l’Union européenne du point de vue néerlandais


« La plupart des cours au sujet de l’Union européenne (UE) se concentrent sur Bruxelles et s’intéressent peu aux États membres », affirme le professeur Willem Mass de Glendon. Ce n’est certainement pas le cas de son cours d’été The Netherlands and Europeanization.

Ce séminaire d’été examine en profondeur les transformations politiques, sociales et économiques de l’Union européenne et leurs répercussions sur les États membres en se penchant sur un État en particulier, les Pays-Bas. Le cours reflète bien l’objectif de promotion de l’engagement mondial dans le plan académique de l’Université 2020-2025 :  « Bâtir un avenir meilleur ».

Malgré son format initial de cours intensif à l’étranger, le cours s’est déroulé virtuellement en 2020 à cause de la pandémie.

Headshot of Professor Willem Mass
Willem Mass

« Bien que nous ayons dû passer rapidement à un format d’enseignement à distance, ce qui n’a pas été facile, j’ai été quand même agréablement surpris du bon déroulement du cours, reconnaît Willem Maas. C’est vraiment merveilleux que nous ayons pu avoir des conférenciers intéressants pour venir enrichir nos lectures et nos discussions. »

Willem Maas est titulaire d’une des deux chaires Jean-Monnet de l’Université York, des postes subventionnés par l’Union européenne pour promouvoir l’excellence en enseignement et en recherche dans le domaine des études sur l’Union européenne. Son domaine d’étude est la politique européenne, notamment les enjeux entourant les migrations et la citoyenneté. Le plan de cours est rempli de textes sur ces sujets ainsi que sur d’autres qui portent sur les enjeux politiques néerlandais passés et actuels : l’histoire de l’Union européenne et des Pays-Bas; les mesures de contrôle aux frontières; l’héritage colonial; la race; l’environnement; le populisme; la guerre et la politique étrangère; l’inégalité; le droit, etc.

En réalité, le cours a comporté beaucoup plus de textes à lire que de conférences, le professeur Maas se rendant disponible en ligne à heures fixes pour discuter des sujets et répondre aux questions.

« Le professeur Maas est présent et très accessible. Les lectures sont bien structurées, ce qui m’a permis de ne pas perdre le fil du cours », affirme Elyana Dakwar, une étudiante de quatrième année qui fait une majeure de quatre ans en science politique à Glendon.

Même s’il n’est pas possible de se rendre en Europe, le professeur Maas a servi l’Europe à son cours sous forme de conférenciers invités :

Jeremy Bierbach, un avocat spécialisé en immigration dans l’Union européenne, a abordé les politiques d’immigration néerlandaises et de l’Union européenne.

Le professeur Michael O. Sharpe a parlé des Pays-Bas caribéens et des enjeux de race et d’ethnicité.

Salima Belhaj, membre du parlement néerlandais, a parlé de la liberté, de l’idée d’une armée européenne et d’autres sujets.

Laurel Baig, avocate plaidante canadienne au Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux des Nations Unies à La Haye, a parlé de son travail et de ses impressions des Pays-Bas.

Samira Rafaela, députée européenne, a traité des droits des femmes, du commerce international, de l’emploi et des questions sociales, des pays et territoires à l’étranger et d’autres sujets apparentés.

Au départ, le cours devait comporter des lectures en juin et juillet, puis des déplacements en août quand les voyages sont plus abordables. Comme le cours sera offert de nouveau à distance en 2021, Willem Maas prévoit l’allonger pour en faire un cours d’été normal de 12 semaines. Cela permettra d’avoir un plus grand nombre de discussions et de conférenciers et un programme de lectures moins intense.

Le cours permet d’acquérir une bonne compréhension des Pays-Bas et de l’Union européenne en les comparant aux institutions et politiques canadiennes. Il propose également une grille d’analyse pour évaluer les systèmes de n’importe quel pays.

« Je leur demande de comparer les Pays-Bas au Canada dans de nombreux cas pour m’assurer que l’on comprend qu’il y a d’autres façons de concevoir des politiques et de voir le monde », dit-il.

Le professeur Maas cherche également à communiquer une histoire qui n’est pas si ancienne, explorant comment l’Union européenne a été formée pour empêcher une autre guerre à l’échelle de l’Europe.

« C’est là la plus grande réalisation de l’Union européenne, dit-il. Un changement massif s’est produit, un changement historique pour le monde. »

Il recrute actuellement des élèves pour la version prolongée du cours qui sera offert en été 2021 (http://www.yorku.ca/maas/4400summer2021.pdf). La date d’inscription au cours est le 1er mars. Le cours est ouvert à tous les étudiants et étudiantes de n’importe quelle faculté. Les cours de science politique précédents ou la connaissance de l’UE ne sont pas prérequis, mais les travaux d’analyse des lectures et la soumission d’un mémoire de réflexion sont obligatoires.

« Ce cours s’est si bien passé à distance l’été dernier que j’ai hâte de l’offrir de nouveau cet été. Nous reviendrons à l’option de voyages à partir de l’été 2022 », précise le professeur Maas.

Les participants semblent être de même avis, si l’on peut en juger d’après leurs commentaires.

Reid Sprinstead, qui obtiendra son diplôme en science politique de Glendon au printemps, était déçu de ne pas être allé en Europe, mais il a beaucoup appris néanmoins. « Le professeur Maas a fait un excellent travail en mettant le cours en ligne, dit-il. Pour moi, l’aspect le plus merveilleux était de parler aux hommes et aux femmes politiques d’Europe et d’autres impliqués dans le développement des politiques. Ils m’ont aidé à avoir une bonne perspective extérieure sur l’Amérique du Nord. »

Elyana Dakwar avait elle aussi été déçue d’apprendre que le cours serait offert en ligne plutôt qu’en Europe. Elle trouve toutefois qu’elle a pu en profiter, compte tenu du confinement et du fait que l’université au complet allait passer à l’apprentissage à distance à l’automne. « Sur le coup, c’était assez surprenant de suivre des cours en ligne, mais ça m’a bien préparée pour en suivre d’autres, dit-elle. C’est à toi de te motiver pour faire ton travail. »

En plus d’accroître sa connaissance des Pays-Bas et de l’Union européenne, elle a pu améliorer sa compréhension des textes et peaufiner sa façon d’écrire afin d’être plus précise.

« C’est une excellente façon d’acquérir une conception internationale de la politique ailleurs dans le monde et d’avoir de nouvelles expériences, dit-elle. Durant ce cours, et j’ai appris beaucoup de choses sur l’Union européenne. Le professeur Maas a bien fait ça. C’était merveilleux de pouvoir suivre le cours tout en restant en sécurité. »

Elaine Smith, collaboratrice spéciale d’Innovatus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *