_home.gif (1274 bytes)

  Conference Announcement

 

    The organizers of the “Slavery and Religion in the Modern World” conference being held at Essaouira Morocco would like to inform all participants that the conference is now formally associated with the Gnaoua Festival, and hence the dates for the conference have been changed to June 15-17 2001.* This shift in dates will allow the conference to be held in conjunction with the Festival. We hope that this slight change in dates will not adversely affect your travel plans,
and, that in fact, will facilitate your attendance at both the conference and the music festival. We will also be advising you of a tour to Marrakech as soon as possible. Please consult the conference web page at www.yorku.ca/nhp for further information or contact the organizers directly.
Thank you for your attention.

*The conference was initially scheduled for the 18-20 June 2001.

The Organizing Committee:
Mohamed Ennaji (Université Mohammed V)
Chouki El Hamel (Duke Univeresity)
Renée Soulodre-La France (York University)
Paul Lovejoy (York University)

 

“Slavery and Religion in the Modern World”

ESSAOUIRA, (Morocco) 15-17  JUNE 2001

The conference will explore the shifting dynamics between slavery and religion in the various societies and different contexts of the modern era, including the Americas, Africa and the Islamic world. The institution of slavery survived, and even thrived, under the monotheistic religious movements of Islam and Christianity, and yet the abolition of slavery was also closely connected with debates within religious circles. Indeed abolition is a peculiarly modern phenomenon. Religion not only provided the justification for slavery but also for its abolition. While religious movements shaped the slave systems that developed in particular societies, the practice and interpretation of those religions were themselves affected by the slavery in their midst. Moreover, slaves themselves were active participants in shaping the interaction between the institution that held them in bondage and the religious discourse that explained, justified and ultimately undermined that bondage. Accordingly, the conference intends to explore the relationship between religion and slavery and to question the shifting dynamics that shaped their articulation.

This conference will address four essential questions:

1. How was the institution of slavery affected in its essential principles by different religions? How was the appropriation of one human being by another legitimated or challenged by various religious movements in different periods?

2. How were the fundamental differences between masters and the enslaved reconciled within various religions? If adherence to a particular religion could help to legitimize slavery, could it also serve as a weapon of resistance by the enslaved? What were some of the cultural characteristics associated with particular religions that influenced the variations in slave systems?

3. The nature of abolition also varied geographically, temporally, and culturally. What type of impact did religion have on these developments, and conversely, how did the ways in which abolition was realized affect different religions?

4. The slaves themselves also interpreted their enslavement and they responded to it in religious terms. How did the enslaved retain elements of earlier religious beliefs and practices while accommodating to or otherwise resisting their enslavement?

This conference is sponsored by Fondation Alizes and the York/UNESCO Nigerian Hinterland Project, York University (affiliated with the UNESCO Slave Route Project) and is supported by the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada.

For conference information, consult the York/UNESCO Nigerian Hinterland Project website: www.yorku.ca/nhp

Please send titles of proposed papers and abstracts of two or three paragraphs to:
Professor Paul E. Lovejoy (plovejoy@yorku.ca),
Professor Mohammed Ennaji (naji@fusion.net.ma),or
Professor Chouki El Hamel (chamel@acpub.duke.edu)

Due date: 1 February 2001


_home.gif (1274 bytes)

  Avis de Colloque
 

    Les organisateurs du congrès sur "L'esclavage et la religion dans le monde moderne" qui se tiendra à Essaouira, au Maroc, tiennent à avertir tous les participants que la date du congrès a été changée : il aura lieu les 15-17 juin 2001.* Ce changement permettra au congrès d'avoir lieu en même temps que le Festival de musique Gnaoua qui se tiendra à Essaouira également. Nous espérons que ce changement ne vous causera pas trop d'ennuis dans vos plans de voyage et, qu'au contraire, il facilitera votre participation au congrès et au festival en même temps. Aussi, nous vous
donnerons, dès que possible, des renseignements au sujet d'une tournée à Marrakech. Prière de consulter la page web
www.yorku.ca/nhp pour plus d'information ou de vous mettre en communication direct avec les organisateurs du congrés. Merci de votre bienveillante attention.

*Il avait été annoncé antérieurement pour les 18-20 juin 2001.

Le Comité organisateur du congrés :
Mohamed Ennaji (Universite Mohammed V)
Chouki El Hamel (Duke University)
Renée Soulodre-La France (York University)
Paul Lovejoy (York University)

 

 

"L'esclavage et la religion dans le monde moderne"

Essaouira, (Maroc) 15-17 juin 2001

Durant ce colloque, on examinera la dynamique changeante qui existe dans les rapports entre l'esclavage et la religion à l'intérieur de différentes sociétés et dans différents contextes de l’époque moderne, y compris celui des Amériques, de l’Afrique et du monde musulman. L’esclavage, comme institution, a été institué et s’est développé même sous l'égide de religions monothéistes telles que l’islam et le christianisme et pourtant l’abolition de l’esclavage a aussi été étroitement liée aux débats qui ont eu lieu à l'intérieur de ces mêmes cercles religieux. En effet, l’abolition est un phénomène relativement moderne. La religion a non seulement justifié l’esclavage mais elle en a aussi justifié l'abolition. Alors que les mouvements religieux ont façonné les systèmes esclavagistes qui se sont développés dans certaines sociétés, la pratique et l’interprétation de ces religions ont aussi été influencées par l’esclavage lui-même. De plus, les esclaves eux-mêmes ont participé activement à façoner l'interaction entre l'institution qui les tenaient en servitude et les discours religieux qui ont expliqué, justifié cette servitude et finalement qui en a amené l'abolition. Par conséquent, durant ce colloque, on se propose d'examiner les rapports qui ont existé entre les religions et l'esclavage et se poser des questions sur la dynamique changeante qui a déterminé leur composition.

Ce colloque soulève donc quatre questions essentielles :

1. Comment l’esclavage comme institution a-t-ìl été touché, dans ces principes, par les différentes religions ? Comment est-ce que le fait de s’approprier un être humain a-t-il été légitimé ou contesté par les divers mouvements religieux à différentes périodes de l'histoire ?

2. Comment les différences fondamentales entre le maître et l’esclave se sont-elles réconciliées au sein des différentes religions ? Si l’adhésion à une religion particulière aidait à légitimer l’esclavage, pouvait-elle aussi servir d'arme de résistance pour les asservis ? Quelles étaient les particularités culturelles associées à certaines religions qui ont influencé les divergences dans les systèmes esclavagistes ?

3. La nature de l’abolition a aussi varié selon les géographies, les périodes et les cultures. Quel impact la religion a-t-elle eu sur ces développements et, inversement, comment la façon dont l'abolition a été réalisée, a-t-elle influencé les diverses religions ?

4. Les esclaves eux-mêmes ont interprété leur servitude et ils ont réagi à cet asservissement en termes religieux. Comment les esclaves ont-ils donc conservé les éléments de leurs premières croyances et pratiques religieuses tout en s'accommodant ou en résistant à leur état de servitude ?

Ce colloque est organisé par la Fondation Alizes et par le Projet Nigerian Hinterland de l'Université York et l’UNESCO, (affilié au Projet de la Route de l’esclave de l’UNESCO et financé par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada).

Pour plus de renseignements sur le colloque, consultez le site internet du Projet Nigerian Hinterland deYork et l’UNESCO à l’adresse: http://www.yorku.ca /nhp

Prière d’envoyer le titre des exposés ainsi que deux ou trois paragraphes de résumé au
Professeur Paul E. Lovejoy (plovejoy@yorku.ca), au
Professeur Mohammed Ennaji (naji@fusion.net.ma) ou au
Professeur Chouki El Hamel (chamel@acpub.duke.edu)

Date limite : le 1ier février 2001